Le Super Jazz des Jeunes gardien du folklore haitien

       C'est sur une route parsemée d'étoiles que Pierre Riché, Ferdinand et René Dor caressaient l'idée de former un petit groupe musical qu'ils baptisèrent du nom de Trio Des Jeunes en 1942. Ils ont fondé ce groupe au moment le plus bouleversant de leur vie d'adolescent. Ils devraient s'exprimer, s'affirmer sous une forme ou une autre pour comprendre ce qui leur arrivaient et rendre plus agréable cette époque de la vie.

    D'après ce que rapportait Riché, ils choisirent la musique parcequ'ils crurent avoir du talent et en s'exposant, ils pouvaient attirer les jolies filles de tous les coins du pays. Cependant, au début de 1943, la nécéssité d'une section rythmique se fit sentir et c'est ainsi qu'apparût Hercule Rousseau pour changer à jamais la perception du groupe qui désormais devint Quartet des Jeunes. Avec l'acquisition du batteur, Joseph Desrosier, ce groupe de jeunes ne tarde pas à se frayer un chemin en embauchant le cornétiste, André Hermantin , qui n'a pas passé longtemps avec eux ; il démissiona le premier Août 1943. Le quintet Des Jeunes devait honorer un contrat le lendemain, il fallait donc remplacer Hermantin par un autre trompétiste.

    C'est alors qu'un ami du quartier leur sugéra de prendre contact avec Ferra Pierre. Sans perdre une seconde, ils rencontrent Ferra non loin de la place Sainte Anne et après un entretien de quarante cinq minutes, Ferra accepta de jouer pour Des jeunes à condition que son ami René Saint Aude soit incorpore dans le groupe. Les frères Dor et Riché acceptent la condition de Ferra et le 3 Août 1943, Saint Aude performa avec Jazz des jeunes pour la première fois à l'Arcahaie.

    Tout de suite après l'arrivé de Saint Aude, Vianet Desmerville, saxophoniste alto, vint aider le Jazz dans la section des vents. Toutefois, il abandonne l'orchestre à cause des élections de 1946 pour vaquer à d'autres occupations. Il fut remplacé par Francis Trenard, membre de la Fanfare Des Gonaives et du même coup Antal Alcidas O Murrat, trompétiste aux lèvres de velours et Trenard firent leur entrée triomphale dans Des Jeunes . Pendant ce temps, les frères Dor ne faisaient plus parti du groupe et selon ce qu'a declaré Ferdinand Dor, Saint Aude leur ont donné un coup d'état musical et devint par la suite Directeur du Jazz des Jeunes.

    En 1949, à cause de l'inauguration du Bicentenaire ou Cité de L'éxposition, le directeur de Des Jeunes employa Dieujuste Dorlette, comme bassiste, et le Jacmélien, Marcel Bichotte pour compléter la section des saxophones . Il serait important de mentioner, qu'au depart de Hercules Rousseau, un membre de la Troupe Folklorique Nationale du nom de vint assurer la percussion des tambours coniques . Malheureusement , son passage n'a été que de courte durée. Jeam Rémy, un autre membre de la Troupe nationale joignit ces virtuoses du terroir. Il remplit r le vide crée par la demission de Calvin. Jean Remy restera longtemps avec Des Jeunes.

    Les pianistes de Des Jeunes se succédèrent l'un après l'autre, d'un adolescent de quinze ans, Féfé Guignard à Arnold Delmas en passant par Djo Duroseau et son frère Philippe, de Philippe à Mathelier, Mozart Duroseau et Osias Gérard.

A l'hombre des cocotiers
Jazz des Jeunes 1947
De gauche à droite: Dieujuste Dorlette, Edner Calvin, Felix Guignard, Pierre Riché, Hercule Rousseau, Antal Murat, Ferra Pierre, Rene St Aude, and Francisque Trenard

    Dans une petite conversation que j'ai eu avec René Saint Aude en 1988 dans son record shop à Nostrand Avenue Brooklyn, le maestro m'apprit que pour se mettre à la mode et faire face à l'évolution des affaires dans le domaine de la musique, il embaucha Frédéric Carpentier comme guitariste aux environs de 1965 - 1966. Pendant notre entretien, il fît aussi allusion aux différents problèmes qu'il avait rencontrés pendant son administration. Le maestro m'a révélé que le Jazz Des Jeunes avait une mission à la fois historique et sociale. La première a été de faire connaitre le folklore Haitien à l'étranger et la deuxième était de dissiper les nuages répandues sur notre culture; c'est à dire réhausser sa réputation. Ce n'était pas de la mer à boire, avoua-t -il, car on dansait en cachette les rythmes de notre folklore. Cependant, la déclaration du maestro était en contradiction avec celle de plusieurs ainés. Ces derniers rapportèrent, qu'il a fallu attendre une heure du matin pour contempler dans Othophonique G.B les déhanchements ou les pas de danse des intéllectuels comme le journaliste, écrivain, connu Arthur Isidore; de l'ingénieur Marc Leurebour; des colonels Calixte, Laveau; de l'éminent juge, Hermane Lucien ;de l'auteur de Mimola, le Sénateur Antoine Innocent, pour ne citer que ces illustres disparus. La nuit, les chats sont gris, comme dit le vieil addage. A la faveur de l'obscurité, les mariages à dix centimes se faisaient après minuit "l'heure des loups-garous".

    Il n'ya pas de doute, à l'instar de Justin Elie, Ludovic Lamothe et Frantz Casséus, les musiciens de Des Jeunes ont tenu bien haut l'étendard de la musique folklorique Haitienne. Rien d'étonnant pour personne, si au fil des années, le jazz des jeunes a connu d'innombranles succès. Citons en example, la participation du Jazz en mars 1951, à l'inauguration de la station de télévision CMQ de Cuba. Leurs performances à Radio Progresso avec la Troupe Nationale pendant douze jours leur valurent l'ovation des spectateurs. L' année 1951, peut être considéré comme étant l'une des saisons les plus florissantes de Des Jeunes, car en plus de l'inauguration de la station a Cuba en mars, le mois suivant le groupe participa au festival des cerisiers en fleurs à Washington. Le nom d'Haiti Thomas résonna dans toute la capitale des Etats Unis.

                                                                                                       

                                                                                                       Adrien B. Berthaud